J’ai toujours trouvé dans les mots un refuge. L'écriture prend en charge ce que les corps craignent: les caresses et les coups. Les mots matérialisent mes sensations et tissent une peau qui se dépose hors de ma bouche sur des pages.

J’ai étudié les Lettres à l'Université de Genève pour me saisir à travers des textes ainsi que pour pénétrer et analyser le langage des autres, dans leurs chemins sombres et leurs contournements. Je m’attachais de plus en plus à des styles d’écriture, comme à des individus, car je sentais une parole authentique qui dévoilait des terres intérieures riches.

 

Mais le corps manquait à mes études. Le théâtre m’a fait réaliser que mon corps parlait davantage que mes mots dans un langage que personne ne pourrait traduire, y compris moi. La danse et l’interprétation esquissent des mouvements singuliers. Les partitions peuvent se reproduire indéfiniment, mais l’incarnation change à chaque fois et c’est cette unicité qui m’anime.

Au cours des formations professionnelles d’acteur.ice au Conservatoire de Genève et à l'école supérieure des Teintureries de Lausanne, les rencontres avec les artistes tel.les que Frédéric Fonteyne, Gian Manuel Rau, Emilie Blaser, Marco Cantalupo, Olivier Dubois, Jean-Baptiste Roybon et Massimo Furlan ont creusé des sillons intérieurs riches.

Le corps dans l'espace revêt un caractère essentiel pour moi.

Mes influences visuelles convergent tout autant vers Sophie Calle qui transcende l'espace privé par l'immersion du public que vers Spencer Tunick qui sature l'espace public d'une foule d'individus, brouillant ainsi la frontière du privé et du public. 

L'art auquel j'identifie ma pratique laisse une place équivalente aux lieux, aux objets, à la lumière et à la personne, que cet art soit performatif, chorégraphique, cinématographique ou théâtral.

J’ai créé le projet substance brute à partir de ce que j’appelle le Traum-a, un lieu entre le rêve et le traumatisme. Il en résulte une matière brute, non-altérée, réunissant mes créations dans divers domaines artistiques. 

© Mathilda Olmi

© Substance Brute by Stéphanie Barbetta visual artist all rights reserved

  • Instagram